Différence entre Magie et Sorcellerie

magicien

Plusieurs différences séparent la magie et la sorcellerie :

 

Tout d’abord, le magicien a une parfaite connaissance de son action sur le microcosme et le macrocosme.

Et sait parfaitement les raisons de chacun de ses actes.

Alors que le sorcier se contente d’exécuter des rites et des rituels.

Que lui ont transmis ses maîtres ou ses ancêtres, de générations en générations…

Pour prendre une image plus simple, disons que le sorcier est comparable à la cuisinière qui prépare un gâteau en suivant scrupuleusement la recette indiquée dans son livre de cuisine, sans savoir complètement quelle saveur aura son gâteau à la fin.

Le magicien quand à lui, est plutôt comparable à celui qui a créé la recette.

Qui a mélangé et dosé chaque ingrédient en parfaite connaissance du goût que chacun apportera à son plat !

Dans ces conditions, il pourra modifier la recette en fonction des goûts de ses invités.

Alors que le sorcier fera toujours la même recette, même si l’un de ses convives est allergique au chocolat !

 

Une autre différence majeure, c’est dans la qualité de l’opérateur :

Le sorcier, n’a généralement pas besoin de connaissances approfondies de la nature et des lois qui la régissent pour effectuer son rituel.

Étant donné qu’il se contente de lire et de reproduire ce que lui indique son ouvrage, inutile pour lui de chercher à apprendre davantage.

<span[écrit par lampere alexandre]/span>Il aura donc beaucoup moins de connaissances ésotériques, et sera incapable d’expliquer les résultats de ses opérations, si résultat il y a !

Le magicien au contraire, devra étudier et transformer son être durant des années avant de pouvoir pratiquer et créer ses propres rituels.

Il devra s’intéresser entre autre au magnétisme, aux facultés psy, à la voyance, à la médiumnité, à l’astrologie (très important ), à l’hypnose, etc…

Il devra apprendre à maîtriser parfaitement ses émotions et à appréhender le monde avec beaucoup de recul, en évitant toujours de s’immiscer entièrement dans ce qui l’entoure.

Mais ce magicien sera à même de lire dans vos pensées, créer autour de vous une atmosphère étrange, agir sur votre vie à votre insu et modifier selon sa propre volonté tout ce qu’il désirera…

Mais attention, car pour le magicien, la frontière entre le côté blanc et le côté sombre est très étroite.

Le magicien ne doit être ni bon ni mauvais, c’est un funambule qui avance sur le fil qui sépare le bien et le mal, sans jamais tomber d’un côté ou de l’autre.

C’est pourquoi, si les études qui consistent à faire de vous un magicien sont difficiles et fastidieuses, le fait de vivre la vie du magicien est quand à elle bien plus difficile encore !

Pour clore ce chapitre, je pense qu’il est inutile de préciser que les résultats du magicien seront de l’ordre de 78 à 87 % alors que ceux du sorcier ne s’élèveront jamais au-delà de 50 % !

 

L’adaptation :

Voilà l’une des règles les plus importantes, dont malheureusement, la plupart des auteurs oublient même jusqu’à en mentionner l’existence !

Et pourtant !

La plupart des gens, quand ils commencent à s’intéresser à la magie, se demandent comment ils vont faire pour trouver des bougies de cire vierge, écrire avec une plume et de l’encre de chine, ramasser telle racine de telle plante dont le nom leur est totalement inconnu, etc…

Évidemment, dans ces conditions, la magie en rebute plus d’un ! Nous verrons sur la page « Instruments » qu’il n’est pas nécessaire d’avoir une machine à remonter le temps pour se procurer les outils nécessaire à la pratique.

Un autre problème consiste à réciter des textes en Latin, en Grec, ou en tout autre langue morte, langues que l’on oublie aujourd’hui généralement d’apprendre à l’école !

 

une règle absolue est à appliquer :

L’adaptation !

Le principe même de la magie, et de savoir s’adapter à son époque et à son environnement.

Évidemment, si vous prenez de vieux grimoires de magie, vous allez y lire que vous devez dessinez vos talismans sur du parchemin vierge, avec une plume et de l’encre de chine !

Mais à l’époque, je me demande bien avec quoi d’autres ils auraient pu le faire !

Aujourd’hui, on trouve d’excellents stylo à plume de toutes les couleurs dans les grandes surfaces, et d’un emploi beaucoup plus facile !

Pour le parchemin vierge, ce qu’il faut retenir, c’est « vierge ».

En effet, si vous ne disposez pas de parchemin vierge, des feuilles blanches de type « Canson » feront parfaitement l’affaire.

Par contre, évitez tout papier recyclés, cartons (qui sont aussi, généralement, du papier recyclé), etc…

Il faut que votre papier en soit à sa première utilisation, non pour vous faire dépenser plus d’argent (ne riez pas, je l’ai déjà entendu !).

Mais simplement à cause d’un problème de « rémanence ».

Nous verrons la définition de ce mot au chapitre suivant.

L’adaptation doit se faire avec tout et pour toute action magique.

Le rituel ne doit pas être la copie conforme de celui que vous trouverez dans un livre ou sur Internet !

Il doit correspondre à vos propres attentes, vos propres aspirations, et avec le but précis que vous désirez obtenir.

Il doit donc nécessairement être remodelé et personnalisé, afin de vous ressembler au maximum !

Tout cela ne s’invente pas, il faut étudier !

 

Tout est énergie !

Là encore, une sérieuse prise de conscience est à faire !

Qu’est-ce que la magie ?

« C’est la manipulation consciente des énergies de la nature. »

A partir de là, il reste à comprendre ce qu’est l’énergie !

L’énergie est invisible, inodore et incolore.

Comme l’oxygène, elle nous entoure, elle est vitale, elle modèle notre environnement, elle nous sculpte, elle est partout !

TOUT est constitué d’énergie.

Mais cette énergie peut être « programmée », « transformée », en utilisant simplement des règles de base, règles dont on a eu un aperçu à la page « La loi d’analogie ».

Car il existe plusieurs niveaux d’existence de cette énergie, niveaux que l’on symbolise par l’arbre de la kabbale, et que l’on appelle aussi « plan vibratoire ».

Chaque « plan vibratoire » est constitué d’une foule de paramètre qui le caractérise, et qui symbolise en outre un certain domaine d’action.

Pour créer une action (exemple : Amour), on devra recréer l’ambiance du plan vibratoire correspondant à cette action, dans son propre occultum (endroit ou vous pratiquez vos rituels).

C’est à cela que sert la loi d’analogie, et dans ce cas, l’amour est symbolisé par la planète Vénus.

On utilisera donc des bougies vertes, le jour sera un Vendredi, etc… Attention :

Ce type d’énergie, qui constitue les énergies « principales » utilisées en magie, ne doivent pas être « court-circuitée » par les « énergies secondaires » qui entrent en jeu dans le rituel !

magicien

Qu’est-ce donc encore que ces énergies secondaires ?

me direz-vous.

Eh bien c’est simple, si l’action que vous désirez susciter est l’amour, une fois que vous aurez réunis l’énergie « amour » en recréant son plan vibratoire, il faudra bien lui donner une cible !

Comme nous l’avons vu, tout est énergie, est donc la « victime » que vous ferez tomber amoureuse doit, elle aussi, être représenté par son énergie « personnelle » !

C’est à ce moment du rituel qu’entre en jeu les différents « témoins » de la cible.

Généralement, on utilise des ongles, des cheveux, de la salive, ou simplement une photo du sujet.

Car tout étant énergie, chaque représentation ou chaque « morceaux » de vous, émet votre énergie propre.

Ainsi, le sujet est représenté par un « témoin » qui le caractérise !

Mais Attention !

Toutes ces énergies ne doivent pas être « court-circuitées » par les énergies que je nommerais « tertiaire » !

 

Je vous entends déjà crier d’ici :

Argh, mais cela ne finira-t-il donc jamais ?

Mais si, c’est la fin !

Cette énergie « tertiaire » est définie par la nature des objets entrant dans le rituel, et par leur « rémanence ».

Qu’est-ce que la rémanence ?

En fait, à l’instar des empreintes digitales.

La rémanence est le fait de laisser une infime partie de votre énergie sur un objet quelconque.

Et qui risque de transformer l’énergie même de cette objet.

C’est pour cette raison que l’on vous demande d’utiliser toujours des objets neufs.

Ou que vous ayez été le seul à toucher !

 

Prenons un exemple :

J’aimerais me faire aimer par une collègue de travail.

Je choisis donc l’énergie « vénus ».

Pour mon rituel, rituel qui aura pour but d’effectuer un talisman que je porterais sur moi.

Je créé donc le plan vibratoire adapté, chouette, j’ai la photo de ma collègue, et tiens, bonne idée.

Puis je vais utiliser pour tracer le talisman le superbe stylo plume que mon ex-femme m’avait offert lors de mon avant-dernier anniversaire !

Le rituel se passe au mieux, mon talisman est un chef-d’œuvre, et je ferme la boutique !

Tout s’est bien passé, et ô surprise, trois jours après, mon ex-femme débarque chez moi avec toutes ses valises, en me suppliant de la reprendre à la maison !!!

Raté !

Que s’est-il passé ?

La grosse boulette dans le rituel, c’est d’avoir utilisé ce satané stylo pour tracer mon talisman !

Et oui, celui-ci contenait toute l’énergie d’émotion et d’affection.

Que mon ex-femme me portait au moment où elle m’offrit le stylo.

Cette énergie était donc nettement supérieur à celle dégagée par la photo de ma collègue, prise à son insu !

L’énergie la plus forte a donc remportait le match, et l’énergie « principale » (celle de Vénus).

A donc était redirigée vers mon ex-femme, au lieu de ma collègue !

Résultat :

Le rituel a parfaitement fonctionné, mais pas sur la bonne personne !

 

Moralité :

Respectez toujours scrupuleusement ces trois énergies !

 

https://rituelinfo.tumblr.com/post/163263477854/via-httpswwwyoutubecomwatchv-3xmghndowiu

 

Attention :

 

Cet article et écrit à titre d’information.

 

C.G.U




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.