Croyances et superstitions le Balai

Croyances et superstitions le Balai

Le balai est un symbole de puissance sacré Wiccan

Cet outil qui permet de nettoyer les sols fait partie de nos maisons depuis si longtemps.

Qu’on ne pense pas qu’il a pu ou peut avoir un caractère sacré.

Ce rassemblement de brindilles naturelles ou artificielles.

Croyances et aspects négatifs

– Ne jamais balayer le sol d’une maison dans laquelle repose un mort.

– Jamais balayer l’extérieur d’une maison si l’intérieur n’a pas été balayé d’abord.

– Ne jamais balayer le premier étage d’une maison après-midi.

– Ne jamais marcher sur un balai.

– Jamais emporter un vieux balai dans une maison neuve, toujours en acheter ou fabriquer un neuf.

– Ne jamais prêter un balai.

– Utiliser un balai en aubépine chasse de la maison le chef de la famille.

– Balayer après le coucher du soleil éloigne le bonheur.

– Ci vous balayer après la nuit blesse les âmes errantes.

– Balayer sous le lit d’un malade lui hôte son souffle de vie.

– Balayer sur les pieds de quelqu’un lui apporte la malchance (à moins que la personne qui vient de passer le balai crache sur les pieds balayés pour conjurer le sort).

– Si un balai tombe sur le sol, un importun est sur le point de vous rendre visite.

– Lorsqu’un enfant joue avec un balai, un indésirable est sur le point d’arriver.

– En Afrique, si un homme est reçoit un coup de balai, il doit frapper le manche sept fois sans quoi il deviendra impuissant.

– En Angleterre, une proverbe dit : achetez un balai en mai, vos amis vous éloignerez.

– Aux États-Unis, les paysans pensent qu’appuyer un balai contre son lit, brûler un balai ou traverser un cours d’eau avec apportera le malheur.

– En Lituanie, si vous marchez sur un balai vous ne pourrez-vous marier dans l’année.

– La Hongrie, une jeune fille qui balai la poussière en direction du soleil restera vieille fille.

– En Chine on ne garde aucun balai dans la maison d’un mort car il pourrait se transformer en fantôme.

Croyances et superstitions le Balai

Croyances et aspects positifs

– Faire entrer en premier dans une nouvelle maison un balai et une miche de pain assure la bonne fortune.

– En Écosse, jeter un balai vers quelqu’un lui apportera la chance.

– Placer un balai au sol indique aux invités qu’ils sont là depuis trop longtemps et sont invités à quitter les lieux.

– Sauter par-dessus un balai devant le seuil de la maison des jeunes mariés assure bonheur et félicité.

– Pour faire venir la pluie par temps de sécheresse, trempez la tête du balai dans de l’eau.

– Suspendre un petit balai à la porte extérieur de la maison indique qu’il s’y trouve une jeune fille à marier.

– Suspendre un balai au-dessus d’un chaudron assure l’amour et l’entente sexuelle dans un couple.

– En Sicile, la nuit de la Saint Jean, on place un balai à l’extérieur pour éloigner la maladie et le mauvais sort.

– En Angleterre, placer un balai derrière la porte empêche les personnes mal intentionnées d’entrer dans la maison. De même, il éloignera la malchance.

– Au Ghana, les invités agitent des balais au-dessus de la tête de chacun des époux et des parents afin de célébrer l’union des deux familles.

– En Italie, un balai qui tombe est promesse de mariage.

– Poser le balai en travers du seuil la nuit du nouvel an chasse les mauvais esprits pour toute l’année.

– En Chine, laisser un balai prêt du lit éloigne les mauvais esprits.

Croyances et superstitions le Balai

Maladie de certains arbres.

Le balai de sorcière est une maladie que certains arbres contractent, particulièrement dans les régions arides.

Elle se traduit par des branches mortes qui s’agglomèrent entre elles et ressemblent à un balai sur lequel les sorcières s’envolent dans les contes et légendes.

Hermione Granger, Mélusine et Mémé Ciredutemps ; comme toute sorcière qui se respecte, elles se déplacent en balai.

Mais pourquoi cet objet est-il devenu, dans l’imaginaire collectif, l’attribut principal de ces jeteuses de sorts ?

Vous vous êtes peut-être posé la question le soir d’Halloween, à cause du pain.

En Europe, du Moyen Âge jusqu’à la Renaissance, cet aliment était la plupart du temps fabriqué avec du seigle.

Or, le seigle peut contenir de l’ergot, un champignon mortel à haute dose.

En petite quantité, l’ergot est aussi un puissant hallucinatoire, explique The Atlantic.

Du XIVe au XVIIe siècle, des écrits rapportent les « crises de folie » de personnes dansant dans la rue la bave aux lèvres, jusqu’à tomber d’épuisement.

De retour à leur état normal, ils décrivaient les visions psychédéliques accompagnant leur délire passager.

Bien plus tard, au XXe siècle, le chimiste suisse Albert Hofmann réalisa l’étendue des effets du LSD en étudiant l’ergot.

Puis petit à petit, le gens ont commencé à utiliser l’ergot, non plus pour faire du pain, mais pour ses propriétés hallucinogènes.

Ainsi, au XVIe siècle, Andrés de Laguna, expert médical d’un tribunal espagnol, a raconté avoir confisqué à un couple « un pot rempli d’une pommade verte, composée d’herbes comme la ciguë, la belladone, la morelle et la mandragore ».

En revanche ce couple a ensuite été accusé de sorcellerie, rapporte Forbes.

Et les balais dans tout ça ?

Pour bien planer, les consommateurs d’ergot ne pouvaient pas simplement ingérer la drogue :

par voie orale, ce champignon peut provoquer vomissements et irritations de la peau.

Par voie cutanée, en revanche, ces effets indésirables disparaissent. Le plus « commode » restait donc d’absorber le produit par les glandes sudoripares des aisselles… et par les parties génitales.

C’est là que le balai intervient, ou plutôt le manche du balai :

pour aider à l’absorption du baume fait à base d’ergot… Bref, vous voyez l’idée.

Dans les rituels païens, cet objet était perçu comme un symbole d’équilibre entre l’homme (le manche, signe de virilité) et la femme (la brosse, le sexe féminin) ce qui explique pourquoi, pendant très longtemps, cet outil était présent pendant les mariages.

L’explication la plus probable est sans doute que les gens utilisaient leur balai, quand ils se droguaient, pour voler, dans le sens de planer.

En conclusion en 1976, la psychologue Linnda Caporael a émis l’hypothèse selon laquelle le Massachusetts avait été victime d’une « épidémie » d’ergotisme à la toute fin du XVIIe siècle.

L’épicentre de cette à eu lieux à Salem

Attention :

Les plantes ne sont pas des remèdes anodins.

Ne jamais dépasser les doses indiquées.

Cet article et écrit à titre d’information.

C.G.U

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.