Les Bases d’un Rituel de Sorcellerie et de Magie

Les Bases d’un Rituel

Les Bases d’un Rituel de Sorcellerie Voyons les accessoires et les gestes courants d’un rituel.

Il ne s’agit pas du tout de directives absolues, mais ceci illustre bien un rituel wiccan typique…


1-Se Préparer

Pour pouvoir procéder au rituel, il faut s’assurer d’avoir les quatre indispensables :

le lieu, le temps, les outils et le plan.

Le lieu consiste à trouver un endroit approprié pour pratiquer la magie.

Certains optent pour des rituels à l’extérieur, mais il faut alors se soucier de la météo et veiller à être loin du regard des cowans.

Le temps consiste à avoir un moment à consacrer entièrement au rituel, de sorte que l’on ne soit pas dérangé ou interrompu en plein envoûtement par un quelconque aléas du quotidien.

Le moment choisi peut également ajouter de l’énergie au sort, par exemple en optant pour un soir de pleine Lune ou un jour de sabbat.

Les outils sont l’ensemble du matériel dont on aura besoin, et qu’il est préférable de réunir d’avance pour ne pas avoir à chercher. Évidemment ces accessoires varient énormément selon les sorts, mais les plus courants sont les bougies, l’encens, l’athamé, le sel, l’eau, et le Livre des Ombres.

Le plan, enfin, est la marche à suivre du sortilège, incluant toute incantation ou recette nécessaire.

On peut l’avoir avec soi sous forme écrite, ou tout simplement l’apprendre par cœur.


2-Créer le Cercle

La première étape pour commencer un rituel est généralement de former un cercle.

Il s’agit d’une barrière d’énergie mise en place autour du lieu, afin de délimiter un espace sacré où règneront les énergies de la magie et des éléments pour toute la durée du rituel.

Un cercle empêche les esprits malveillants, les démons et les énergies négatives de passer, bloquant toute mauvaise influence qui pourrait nuire au sortilège.

Un cercle se crée normalement en circulant deosil autour du lieu à protéger, tout en traçant la limite du cercle dans l’air avec l’athamé, la baguette ou l’index ; ce faisant, on récite à haute voix ou mentalement une incantation pour charger le cercle de son énergie protectrice.


Incantation sorcellerie

Dieu et Déesse, Esprits Anciens,

Forces des éléments des quatre points,

Dans ce cercle sacré ne laissez entrer que le bien,

De ce cercle sacré ne laissez sortir que le bien,

Protégez-le par votre puissance,

Avec parfait amour et en parfaite confiance.

Une fois le cercle créé, on ne doit pas le traverser, sous peine de créer une faille dans sa protection et de subir un désagréable choc magique.

S’il faut entrer et sortir du cercle durant le rituel, il faut donc à chaque fois tracer une « porte » temporaire dans le cercle avec l’athamé, la baguette ou l’index, puis refermer cette ouverture après être passé.


3-Organiser l’Espace Sacré

Une fois le cercle créé, le lieu qu’il entoure est à l’abri des énergies néfastes, et constitue un espace temporairement sacré.

Pour se rappeler les limites de cet espace et ne pas rompre le cercle accidentellement, il peut être utile de placer quelques repères, par exemple en déposant quatre ou huit chandelles autour, disposées vis-à-vis les points cardinaux.

Le centre de l’espace sacré est normalement l’endroit idéal pour placer l’autel et la majeure partie du matériel.

S’il y a un seul sorcier, il s’installera de manière à être face au point cardinal de l’élément qui correspond le mieux à l’objectif de son sort.

S’il y a plusieurs sorciers, ils se placent en cercle ; les groupes de quatre sorciers essaient souvent de s’installer de sorte qu’à chaque point cardinal se trouve le pratiquant le plus doué avec l’élément correspondant.


4-Dresser l’Autel

L’autel wiccan n’est pas forcément une table ; il s’agit simplement de la surface de travail centrale où sont déposés la plupart des outils rituels.

Comme beaucoup de sorciers aiment pratiquer leurs envoûtements assis par terre au milieu d’un cercle de bougies, une table basse est souvent utilisée, mais le plancher (ou la terre à l’extérieur) peut aussi très bien servir d’autel.

L’autel de base comprend, au strict minimum, quatre objets représentant les quatre éléments :

– du sel, une pierre ou un pentacle au Nord pour la Terre ;

– de l’encens ou une baguette à l’Est pour l’Air ;

– une chandelle ou un athamé au Sud pour le Feu ;

– un bol ou une coupe d’Eau à l’Ouest.

S’y ajoute normalement un objet supplémentaire en l’honneur du Dieu ou de la Déesse.

Très souvent, il s’agit d’une chandelle additionnelle, et lorsque c’est le cas, cette chandelle sera la toute première allumée sur l’autel, et la dernière à être éteinte à la fin du rituel, en signe de respect pour la Dame Blanche et le Seigneur Cornu.

En plaçant ces objets, le sorcier invite à haute voix ou mentalement chacun des éléments ainsi que les divinités à offrir son aide lors du rituel.

Selon les circonstances et la nature du sortilège, une foule d’autres accessoires peuvent être ajoutés sur l’autel, par exemple des plantes, des pierres et cristaux, des instruments de divination tels que le tarot ou le pendule, et bien sûr un chaudron si le sortilège exige une potion…


5-Le Rituel lui-même…

Une fois que l’autel est prêt, et que les Dieux et les éléments ont été appelés, il est temps de suivre son plan et de travailler sur le sortilège lui-même…


6-Les Remerciements

Une fois le rituel du sortilège terminé, il faut veiller à remercier sincèrement tous les esprits, éléments, Dieux et Déesses auxquels on a fait appel.

Ce faisant, on éteint les bougies (contrairement à ce que disent certains puristes, il est tout à fait correct de les souffler), en prenant soin d’éteindre en dernier celle du Dieu ou de la Déesse.


7-Effacer le Cercle

Il est temps de ranger le matériel, mais pour pouvoir circuler librement hors du lieu du rituel, il faut tout d’abord enlever le cercle de protection.

Ceci se fait en circulant widdershins, en suivant le cercle avec l’athamé, la baguette ou l’index ; on visualise l’énergie du cercle se dissipant sur son passage, et on remercie les éléments et les Dieux d’avoir fourni une si bonne protection.


8-Bannir

Plusieurs sorts demandant de manipuler de puissantes énergies que nous ne côtoyons pas toujours au quotidien, une fatigue et une tension d’origine magique surviennent parfois après avoir fait un rituel.

Les rituels de magie noire, en particulier, peuvent laisser derrière eux une traînée intense d’énergies résiduelles néfastes.

Pour diminuer celles-ci et chasser toute énergie magique dont la présence épuiserait encore plus le sorcier, il est de coutume, après la plupart des rituels, de rire, boire et manger !

Le rire a la vertu de déconnecter l’esprit du sorcier de la plupart des énergies surnaturelles et de chasser tout reste d’état de transe ou de méditation qui alourdirait ses paupières.

Quant à la traditionnelle collation wiccane, gâteries chocolatées et bons breuvages sont réputés pour redonner de l’énergie et alléger l’ambiance alors que l’on fait le point, seul ou en groupe, sur ce qui a bien et moins bien fonctionné et sur la situation qui a mené à faire ce rituel.


Sorcellerie et magie


Attention :

Les plantes ne sont pas des remèdes anodins.

Ne jamais dépasser les doses indiquées.

Cet article et écrit à titre d’information.

C.G.U

herbier des rituels et de la magie


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.